La frontière est mince entre érotisme et pornographie

Lorsque l’on travaille dans le milieu du sexe, il est important de bien savoir choisir de quel coté on se place. Si on s’en tient aux définitions propres, la pornographie n’a rien à voir avec l’érotisme.

« Au sens étymologique, le mot «pornographie» provient du grec ancien, soit un dérivé de πόρνη / pórnê désignant «prostituée», et de γράφω / gráphô signifiant peindre, écrire, ou décrire. Dans le Petit Robert2014, la pornographie est définie comme étant la représentation, par écrits, dessins, peintures, photos ou images, de choses obscènes destinées à être communiquées au public. Le terme «obscène» est important pour faire la distinction entre la pornographie et les autres formes de représentation de la sexualité. L’obscénité renvoie à l’indécence, à des représentations de la sexualité qui blessent la délicatesse par des manifestations grossières de la sexualité. […]

En revanche, l’érotisme désigne toute attitude ou représentation ayant rapport à l’amour physique, au plaisir et aux désirs sexuels. Le hic, c’est que nous avons pris aujourd’hui l’habitude de confondre érotisme et pornographie, ce qui nous amène à rendre tabou tout dialogue sur la sexualité. […]. Le problème avec la pornographie, c’est que celle-ci ne renvoie aucunement à une sexualité «normale», mais à la violence et l’obscénité.

Prince Arthur Herald « L’importance de distinguer Erotisme et pornographie«  »

La frontière est mince lorsque l’on vend des sextoys. L’un des engagements de Miss Kinkie est de ne pas proposer à la vente d’objets sexuels vulgaires, avilissants, ou faisant l’apologie de la douleur. Ainsi, j’ai banni toute forme de sextoys trop réaliste, et je cultive un discours très soft lors de mes ateliers. Exit la vulgarité, mon but est d’informer avant tout, et de contribuer à un épanouissement intime, qui va d’ailleurs bien au delà de la pirouette sous les draps.

« Vendeuse de sextoys » : le rapport avec la pornographie ?

Je suis souvent confrontée dans mes rapports avec les autres, à toutes sortes de préjugés. L’objet sexuel par nature étant souvent encore trés tabou. Même si les mœurs évoluent, il n’est pas simple de se dégager de l’image que certaines personnes peuvent nous coller sur le dos. Si certaines femmes, me verront comme une féministe qui véhicule l’idée qu’on a pas besoin des hommes pour se faire du bien, certains hommes quant à eux, alimenteront le fantasme, de la vendeuse qui fait tester tous ses produits en réunion, partouze générale, un peu comme on voit dans certains films pornographiques.

Le discours, l’image, la communication suffit t’elle a mettre une barrière entre érotisme et pornographie ? Rien n’est moins sur. Finalement, faut juste savoir à qui on s’adresse et rester droit dans ses bottes.

Présentatrice du plaisir et vendeuse de produits coquins à domicile, j’anime depuis 3 ans des réunions coquines sur la région Lorraine.
Je vous propose d’apporter de l’originalité dans votre sexualité en découvrant un univers coquin sans tabou et en toute discrétion dans votre salon.
Je me déplace sur Nancy, Toul, Lunéville, Pont-à-Mousson et alentours.

Laisser un commentaire